« Le langage émotionnel du corps »
#CONNAISSANCE #Se connaître #BAILLE-Natacha #Naturopathie #Nice #02-Apr-2020 #celeritup

« Le langage émotionnel du corps »

Support : Articles

Notre corps nous parle, nous transmet des indices, des messages pour comprendre, pour nous voir avec un regard éclairé.

La vérité est en nous, il suffit de bien lire et de bien observer son corps. Le corps parle même lorsque l’individu n’a plus rien à dire, il a son propre langage.

Ce que nous ne parvenons pas à exprimer par la parole, notre corps s’en charge. Corps et Esprit ne sont pas des entités séparées l’une de l’autre.

Nos peurs, nos conflits, s’impriment dans nos cellules, nos tissus, nos os, parcourent tout notre dos.

Les Grecs avaient développé une science des os, l’osteologia, qui a donné le terme français ostéologie à la fin du XVIème siècle.

C’est le terme ostéopathie (dont la pratique ne compte qu’un demi-siècle d’existence) qui désigne les affections osseuses, la pratique pour les soigner. Au fil du temps elle a évolué pour passer des os aux organes, des organes aux émotions, des émotions à la structure psychosomatique chez l’homme.

 C’est dans le corps que tout se joue, chaque cellule retient tous les événements qui s’y sont produits.

La cellule contient une mémoire infaillible : toutes les émotions bien et surtout mal gérées y sont imprimées.

« TOUT CE QUI NE S’EXPRIME PAS, S’IMPRIME ». Tout choc émotionnel mal géré créé des tensions corporelles. La personne concernée tente de limiter les effets du malaise, du mal-être par des schémas comportementaux adaptatifs et parasitaires. Les tensions sont souvent les causes principales des différents désordres physiologiques chez l’être humain.

Le langage émotionnel du corps décode et résout les conflits psycho –émotionnels.

Notre perte de spontanéité se fait au profit d’une intellectualisation parfois erronée.

Pour être en harmonie avec soi-même, corps et esprit doivent concorder. Ainsi étant en harmonie avec nous-même, nous pourrons davantage vivre en harmonie avec les autres.

C’est l’association de plusieurs émotions qui permettra d’élaborer un profil psycho-émotionnel.

Trois étapes principales vont façonner le code émotionnel d’une personne :

  • La vie intra-utérine
  • L’accouchement
  • La petite enfance et les années suivantes

Les émotions vécues par la mère (mais aussi le père) lors de la gestation vont s’inscrire dans la mémoire émotionnelle du bébé et, il naîtra avec la mémoire inconsciente de certains ressentis appartenant uniquement à la mère ou au père.

Durant l’accouchement, des peurs bien précises s’inscriront chez le bébé en fonction de la facilité ou des difficultés de l’acte, des complications éventuelles.

Environnement, éducation, règle de vie, fréquentations participeront au façonnage du code émotionnel de chacun.

Par notre vécu, notre passé, nos souffrances, la qualité de vie intra-utérine, notre petite enfance et notre présent nous composons notre carte émotionnelle. Celle-ci est constituée de nos peurs, d’émotions mal gérées, mal exprimées ou non exprimées.

Selon la nature et la distribution des émotions, se dessine un profil psycho – émotionnel précis dont voici quelques exemples (au total 25 profils) :

  • L’insomniaque : idées qui tournent en tête, peur de l’abandon, peur de ne pas s’en sortir et de mourir
  • L’effacé(e) : peur d’être ou de ne pas être, peur de dire, peur de l’abandon
  • Le porteur : peur de dire non, porter la croix de l’autre, étouffement, peur de ne pas être aimé(e), poids sur les épaules
  • Le soumis : peur de dire non, culpabilité, autopunition, auto-sabotage, peur de ne pas être aimé(e), peur de prendre ou perdre sa place.
  • La reconnaissance : Sensation de ne pas être à la hauteur, peur de prendre ou de perdre sa place, peur de dire.
  • Protectionnisme : peur de l’abandon, peur de perdre sa place, peur de perdre l’amour, de ne pas être aimé(e)
  • L’abandonné(e) : peur de l’abandon, colère, peur de ne pas y arriver

L’écoute de notre corps, sa lecture sont importantes pour définir le chemin à choisir pour éliminer nos souffrances, nos poids émotionnels enfouis au fond de notre sac à dos émotionnel.

Le corps ressent, tremble, frémit, rugit, grogne, souffre, se tord, dégénère, respire, jouit, mais surtout il VIT.

Fuir l’information ou l’étouffer ne nous aidera pas à aller mieux car le corps enregistre tout et un jour ou l’autre il nous remet en face de nos peurs, nos émotions imprimées.

Votre corps vous portera jusqu’à votre dernier souffle. ECOUTEZ – LE, RESSENTEZ – LE, TOUCHEZ – LE, METTEZ – LE EN MOUVEMENT, LAISSEZ – LE RESPIRER, NOURRISSEZ – LE CORRECTEMENT (par une bonne alimentation et le sport mais aussi d’un point de vue énergétique par le biais de différentes pratiques comme, l’ostéopathie, la médecine traditionnelle chinoise, reiki, méditation, yoga etc…)