Communication non violente dans le couple parental
#COUPLE #Compréhension #FRESEL-Aurélie #Accompagnement de l'enfant et de la famille #Saint Denis #02-Dec-2021 #celeritup

Communication non violente dans le couple parental

Support : Mon expérience

Lien : https://letempsdessequoias.com

Vous allez trouver une méthode de communication qui aide à désamorcer de nombreux conflits et/ou incompréhensions dans le couple parental, mais aussi dans toute relation d’adulte à adulte. Je vous propose un petit voyage au pays de la CNV également appelée la Communication Non Violente .

1- Introduction pour y voir plus clair

Le créateur de la CNV, Marshall Rosenberg, psychologue américain, se définissait comme un très grand agressif. Pour améliorer ses relations à son entourage et mieux vivre avec lui-même, il a inventé une méthode qui transmet un message le plus clairement et le plus centré possible. Sous cette forme, le contenu a beaucoup plus de chance d’être « écouté » et « entendu » par le destinataire, tout en limitant les malentendus.

La CNV invite chaque personne à être sujet et responsable de sa vie, de ses envies et de ses ressentis !

2- Pour qui ?

La Communication non violente fonctionne pour tous les types de relations - ce qui est à mon avis une de ses grandes forces.

Il s’agit d’une manière très particulière de se positionner face au monde… ce qui peut demander un petit temps d’adaptation.

3- Comment faire ?

Le principe tient en quelques points simples - bien que leur utilisation puisse paraître parfois compliquée :

  1. Parler à la première personne du singulierôter le « tu » de nos phrases

  2. Exprimer clairement son propre ressenti concernant la situation ou l’évènement discuté

  3. Proposer une ou plusieurs action(s) pouvant améliorer notre vie personnelle face à la situation discutée

  4. Demander à l’autre de reformuler ce que l’on vient de dire

  5. Si vous avez l’impression qu’une incompréhension reste, clarifiez en reformulant votre ressenti ou vos idées de changement

  6. revenir aux étapes 4 et 5 aussi longtemps que vous /ou votre interlocuteur/trice pensent qu’il reste des incompréhensions

  7. Chercher ensemble et trouver ensemble une ou des solution(s) convenant à toutes les parties

  8. Créer ensemble un plan d’action clair sur/pour quand/comment mettre en place la/les solution(s) trouvée(s)

4- Pourquoi tant d’efforts ?

Pourquoi s’embêter à communiquer de manière si codifiée et - au début du moins - si peu naturelle ?

Pourquoi dire :

« Je me sens déprimé/e et en colère. J’ai l’impression de m’occuper des enfants tout/e seul/e. Je me sens découragé/e et seul/e. J’aimerais beaucoup que nous trouvions un moyen de me libérer un peu de temps rien que pour moi. Serais-tu d’accord d’en parler ensemble ce soir, quand les enfants seront couché(e)s ? S’il te plaît peux-tu reformuler ce que je viens de dire ? »

alors qu’il serait plus simple, s’exclamer :

« Tu m’énerves ! C’est toujours moi qui m’occupe des enfants. Tu ne fais jamais rien ! »

ou :

« Avec toi, c’est toujours pareil, je ne peux jamais vraiment compter sur toi. » - agrémenté d’un joli claquement de porte !.

À vous d’imaginer la suite des scènes décrites plus haut ; se sentir diminué ou jugé engendre souvent une diminution des pensées créatives et une difficulté à envisager positivement un changement !

5- De mon point de vue

Très souvent, nous partons du postulat que l’autre sait ce que nous voulons et pensons. Nous sommes certain/e d’être clair/e dans nos sous-entendus et nos actes.

Il en est souvent autrement.

Ce que nous ressentons et pensons est souvent inconnu ou mal perçu par les gens qui nous entourent.

Nous faisons aussi beaucoup de suppositions sur ce que l’autre a voulu nous faire comprendre ou sur la raison de ses actions.

L’origine de bien des malentendus, des désaccords et des disputes est souvent cette certitude que l’autre « sait » ou que nous « savons ».

Je pense que le meilleur moyen d’éviter ce genre de batailles est d’être le plus clair(e) possible dans l’expression de ses envies, ressentis, émotions et attentes… en restant centré(e) sur soi en mettant de côté les reproches faits à l’interlocuteur/trice ; vous êtes responsable de votre vie ! Chercher à faire changer l’autre sous la contrainte est de l’ingérence.

Si la discussion n’arrive pas s’enclencher, ou que vous ne trouvez pas d’idée qui convient à tout le monde… Haut les coeurs ! Il est probable que les émotions des un(e)s et des autre(s) n’aient pas été bien comprises ! Vous pouvez alors contacter quelqu’un qui vous aidera à nouer un dialogue constructif, bienveillant et productif !

Aurélie