Comment aider un enfant a mieux vivre La Peur
#ENFANT #Enfant aujourd'hui #FRESEL-Aurélie #Accompagnement de l'enfant et de la famille #Saint Denis #25-Jan-2022 #celeritup

Comment aider un enfant a mieux vivre La Peur

Support : Mon expérience

Lien : https://www.youtube.com/watch?v=W3oUVrzKoQk&list=PLVyT7hcNsA3KQkRoswF5SAYZCvexT-ufn

Nous traversons tous des périodes où la peur nous rend visite. En tant qu’adultes, nous avons plus ou moins d’outils pour réussir à la gérer.

Les enfants restent souvent démuni(e)s et se trouvent parfois submergé(e)s par elle. Dans cet article, je vous propose quelques outils pour aider un enfant à aller au-delà de ses peurs.

1- La peur

La peur est une émotion fondamentale ; elle nous met en garde contre le danger. C’est elle qui a permis à nos anciens ancêtres de rester en vie - et nous permet d’être là aujourd’hui. La peur nous demande de réfléchir à deux fois avant d’entamer une expérience pouvant mettre notre esprit ou notre corps en difficulté.

Bon à savoir : Une émotion qui dure trop longtemps ou a une intensité trop forte, crée un sentiment de douleur. Cela explique qu’avoir « un peu » peur peut être excitant et stimulant, et qu’à forte intensité et durée elle peut totalement désorganiser une personne. Les enfants – même tout bébé- peuvent ressentir de grandes frayeurs qui les chamboulent un long moment.

 

2- Un petit tour au pays du corps

La peur active deux «prédispositions» toutes deux destinées à nous sauver la vie: la fuite et/ou l’attaque. Dans les deux cas, tout notre corps se tend vers l’action.

Remarque : Je vous invite à être très attentif/ve aux enfants qui ont du mal à exprimer leurs émotions. Ou les enfants qui donnent l’impression que tout va bien alors que leur corps est en train de subir un stress intense. Ce n'est pas parceque le corps ne montre pas de signe d'anxiété qu'il n'est pas tendu vers l'action et baigné d'hormone de stress !

Les réactions corporelles face à la peur ne passent pas par la conscience et ne peuvent donc pas être modifiées par la volonté. Ce que nous pouvons faire, c’est se rendre compte que notre corps est tendu et enclencher un « retour à la détente », après coup.

 

3- Mise en condition

A noter : Le lieu, le moment de la journée et la disponibilité de l’enfant au moment où vous lui proposerez ce qui suit sont importants !

Où : un endroit où votre enfant se sent en sécurité et à l’aise. Privilégiez une pièce ni trop petite, ni trop grande. Idéalement avec une lumière tamisée et une température agréable. Vous pouvez également associer les mouvements à une musique douce qui détendra plus facilement votre enfant.

Quand : Certains mouvements peuvent être faits quand l’enfant a "un peu" peur. L’idéal est tout de même de faire ces mouvements régulièrement pour aider le corps à ressentir moins de peurs face à son environnement.

En cas de panique, je vous conseille la cohérence cardiaque que vous pratiquez vous-même en étant proche de votre enfant ;un câlin, une main dans le dos, ou simplement en étant présent/e dans la pièce…

Comment : Je vous propose d’effectuer cet enchaînement une fois par jour pendant 2 mois. Il est possible d’en faire plus ou d’en faire moins, de varier l’ordre des mouvements, d’en ajouter… Amusez-vous !

Remarque: La durée de deux mois est le temps moyen nécessaire au cerveau pour créer de nouveaux circuits neuronaux permettant une meilleure gestion du stress.

 

4- Les mouvements

1.Se libérer des émotions stagnantes ; cet enchaînement ici en vidéo.

Permet au corps d'évacuer les tensions anciennes.

A. Massage

  1. une main sur un côté de la cage thoracique de l'enfant

  2. lissez avec la paume de votre main, de la hanche à l'épaule opposée en passant par le plexus

  3. caressez l'arrête de la mâchoire et/ou le cou

  4. enveloppez l'épaule

  5. répétez de l'autre côté

  6. recommencez l'ensemble cinq ou six fois

B. Étirements : vous pouvez vous dire dans votre tête "Je (me) libère tout ce qui gêne"

Prenez les deux poignets de votre,

  1. amenez ses poignets au niveau du plexus le mouvement se font du centre (plexus, vers l'extérieur)

  2. écartez les bras sur le côté

  3. ramenez les poignets sur le plexus en inversant leur position : le poignet qui était en haut se retrouve en bas

  4. amenez les bras vers le haut

  5. ramenez ses poignets au niveau du plexus

  6. recommencez l'ensemble des étirements cinq ou six fois

A'. Massage (le même)

C. Étirements associés à la phrase "Je (me) remplis de belles choses"

  1. faire les mouvements de B, en partant de l'extérieur dans un mouvement allant vers le plexus de votre enfant

  2. recommencez l'ensemble cinq ou six fois

A''. Massage (le même)

 

2.« L’étoile » en vidéo ici

Ces mouvements permettent de retrouver de l’assurance.

Il est important de toujours garder une main au contact du nombril. L’autre main forme les branches de l’étoile dont le point de départ est toujours le nombril.

  1. Les deux mains au niveau du nombril

  2. l’une d’elles glisse jusqu’à la jonction gauche bassin/jambe,

  3. retour de la main au nombril

  4. la main repart en glissé jusqu’à la jonction droite bassin/jambe,

  5. retour de la main au nombril

  6. la main glisse jusqu’à la jonction gauche entre l’épaule et le bras,

  7. retour de la main au nombril

  8. la main repart jusqu’à la jonction droite entre l’épaule et le bras,

  9. la main revient au nombril

  10. et repart jusque sous la lèvre inférieure

  11. la main revient au nombril

  12. la main va appuyer dans le dos dans le prolongement du nombril

 

3.Les bercements un exemple de bercement ici en vidéo

Il existe plusieurs bercements. Je vous propose ici un bercement dorsal :

  1. Votre enfant est allongé/e le dos, jambes tendues, dans la position qui lui convient

  2. Placez-vous au niveau de ses pieds

  3. Placez vos mains au niveau des chevilles

  4. Exercez des petites poussées avec un rythme régulier

 

5- Pour finir

Avoir peur n’est ni une fatalité ni une tare. Il est à mon sens important d’apprendre à se servir de « l’outil peur ».

Une fois que cet outil est bien compris. Il vient compléter notre boussole émotionnelle et nous permet de mieux nous orienter dans la vie.

Alors, permettons à nos enfants de vivre plus sereinement leur peur !

Aurélie Fresel