La médecine intégrative, l'avenir de demain?
#SANTE #Corps #FRANQUELIN-Audrey #Coaching de vie #Arcachon #30-Apr-2021 #celeritup

La médecine intégrative, l'avenir de demain?

Support : Articles

La médecine intégrative, l’avenir de demain?

Aujourd’hui, plus que jamais l’Humain est au cœur du système de santé conventionnel et de soins holistiques. Les personnes sont en recherche constante de bien-être, d'équilibre de vie, de sérénité tant dans l’expansion du développement personnel, de la qualité de vie que dans la recherche de quête de sens.

 

Que sait-on sur la médecine dite intégrative? 

Si l’on se réfère à la définition apparue aux États-Unis en 1990, celle-ci a pour principe de créer une alliance entre l’approche conventionnelle de la médecine et les approches complémentaires, dans le but ultime de mettre le patient au cœur de son projet de santé mais aussi de vie.

Il va de sens que le but n’est pas de prendre la place de la médecine conventionnelle mais plutôt de contribuer, d’accompagner les personnes dans la sphère émotionnelle, la reconnexion à soi, à son corps, à son être.

 

Une complémentarité pour mieux contribuer ?

Au travers de mes accompagnements avec des femmes ayant eu ou étant en rémission de cancer du sein, il est incroyable de ressentir les “maux” du corps ancrés dans une sphère énergétique puis physique. J’ai bien souvent ressenti des connotations de fer, des sensations de “poitrines enfoncées" suite à des mastectomies, des torses coupés à un endroit à la suite d’un marquage indélébile des points de radiothérapie etc.

De plus, que dire de ces femmes que j’accompagne en soin pour que le corps accepte mieux les radiothérapies, les chimiothérapies, de ces femmes vivant des accouchements difficiles, ayant vécu des abus ou encore des corps ayant subi des traumatismes, des blessures.

Ici, les soins complémentaires peuvent aider à la reprise de confiance, à la libération de douleurs sur certaines zones spécifiques, à améliorer l’image de soi et tellement plus encore.

Par conséquent, j’en conviens qu’il peut-être déroutant de comprendre ces ressentis (sans une donnée scientifique) mais le corps à une mémoire qui “dépasse” celle du physique, étant plus sur une sensibilité énergétique, quantique et vibratoire. Bien entendu, rien ne se fait sans que la personne ne soit actrice de sa vie et ne se prenne en charge.

Et si au lieu de se juger, nous pouvions simplement être à l’écoute les uns des autres dans le seul but d’aider et de contribuer au bien-être d'un patient, d’une personne, d’un enfant ? Pouvons-nous simplement prendre le temps d’échanger sereinement autour de thématiques communes ?

Je crois profondément que nous pouvons œuvrer ensemble, si nous faisons tomber les barrières de l’ordre du jugement, des peurs, des croyances et des limitations. Il y a 10 ans en arrière, dans mon ancien travail de développeur commercial, je n’aurais jamais pensé aider mon père à gérer sa fin de vie, ses douleurs intenses avec des processus énergétiques et pourtant ce fut le cas..

Étant entendu que tout cela dépend de nous, de notre capacité à prendre conscience, de nos valeurs, quels accompagnements avec la médecine intégrative pouvons-nous créer ?

Merci d’avoir pris le temps de lire cet article.

Avec gratitude.

Audrey de Bien’ Veillante.

www.bien-veillante.fr